Je m'informe

Parcours | Un fusil à la main

Par STEPHANE MIENS, publié le samedi 1 décembre 2018 16:09 - Mis à jour le samedi 1 décembre 2018 16:13
20181130_105143.jpg
Vendredi 30 novembre. Shana et Audrey vous parlent de la pièce de théâtre qu'elles ont vue à la salle Germinal.

Le vendredi 30 novembre 2018, les troisièmes du collège Jean-Jaurès sont partis voir un spectacle, une pièce de théâtre, parlant de la Première guerre mondiale.  Il y avait 5 comédiens qui jouaient plusieurs rôles.

 

L’histoire débute avec un écrivain, Sébastien, coincé dans une grange à cause d’une  tempête. Il se plonge alors dans l’histoire des ancêtres de la famille de sa femme Sophie par hasard. Elle est constituée d’un père,Marcel, d’une mère, Augustine et d’un fils, Jean,  ainsi que de "pépé".

 

En 1909, cette famille de paysans est heureuse mais en août 1914, le jour des 18 ans du fils, Jean Jaurès est tué, la guerre s’annonce... Le lendemain le père est mobilisé et son fils le suit peu de temps après, devançant l’appel même s’il est plutôt pacifiste.

On peut voir la détresse de la mère, qui est alors seule et qui doit travailler en usine, abandonnant sa ferme, les animaux étant réquisitionnés. D'ailleurs dans cette guerre les animaux vont jouer un rôle important : les chevaux, les chiens (pour transporter), les pigeons  (pour espionner grâce à des mini appareils photos et pour envoyer des messages) et même les rats (pour désamorcer les bombes ). 

 

On voit aussi la détresse des Allemands avec l’histoire de Hans qui est réquisitionné de force et doit alors laisser sa petite-amie Lili. Le fait d’introduire l’histoire d’un Allemand durant la première guerre mondiale est hors du commun pour une pièce française.

 

On dirait une histoire parallèle où les personnages auraient pu se croiser. On découvre alors que les souffrances sont les mêmes, que des deux côtés ils subissent de grosses douleurs autant psychologiques que physiques et énormément de pertes. On voit qu’il ont les mêmes peurs, les mêmes angoisses.

C’est une histoire inventée mais elle est inspirée de faits réels.

 

Parallèlement, il y avait une exposition parlant des pigeons et de leur rôle , une tranchée reconstituée et des panneaux d’informations sur la première guerre mondiale ( 14-18).

Nous remercions la municipalité et le service divertissement qui ont organisé cette séance gratuite à destination de nos collégiens.